18 février 2009

Légende de la "Quebec city Rule"

Ce texte écrit par Sébastien Labbé a été relu et corrigé par Anne-Marie Lalonde, Gavin Thompson, Frederic Gagnon, Martin Arsenault, Sonia Krajicek, Patrick Duchaine. Les faits ne sont certainement pas complets d'où son titre de Légende...

Au Québec, on applique une modification des règles pour l'ultimate 4 contre 4 joué en gymnase qui consiste à ne faire que deux lancers d'engagement durant la partie (au début de chaque demie). Après un point, on reprend le jeu à l'endroit où le point a été fait au moyen d'une validation. Cette modification, nommée Quebec city Rule par plusieurs, fait même partie du Wikipedia!! :

D'où vient cette appellation de Quebec city Rule? Ce texte tente de retracer l'origine de cette appellation.

Fabulous Flying Flamingos et autres équipes d'Ottawa

En 2002, les World Ultimate Club Championship de la World Flying Disc Federation avaient lieu à Hawaii.
Une équipe mixte d'Ottawa s'appelant les Flamingoes (ou parfois les Fabulous Flying Flamingoes) et dirigée par nul autre que Gavin Thompson y avaient participé. Ceux-ci avaient même remporté le prix du meilleur esprit sportif (Source : Chasing Plastic Magazine, Hiver 2002-03, Vol. 3, No 1). Les Flying Flamingoes et leurs amis participaient aussi à des tournois un peu partout dans l'est du Canada. Ils participaient souvent aux tournois d'ultimate intérieur organisés en mars dans la capitale :
  • Québec Indoor 2000 (Photos) (Gavin seulement avec Crackpot Mental)
  • Tournoi de Québec 2001 (deux équipes d'Ottawa)
  • Disco Al Dente, 2002
  • Mars Attaque 2003 (Horaire)
C'est d'ailleurs lors de leur victoire en finale du Mars Attaque 2003 qu'un de leur joueur, David Milks, avait utilisé le fameux lancer qui commence en coup droit et où le disque fait le tour du doigt avant de sortir à la hauteur de l'épaule du côté revers. En effet, c'était l'époque où Ottawa dominait le Québec au ultimate 4x4 et où Obscurantis Order, une équipe de Québec, enchaînait sa fameuse série de plusieurs victoires d'affilée. Ça, c'est une autre histoire...

Début de la Quebec city Rule

C'est en 2004 où les lancers d'engagements ont commencé à se faire plus rare dans les tournois d'ultimate 4 contre 4 du Québec. Or, cette année-là, l'équipe d'Ottawa participait encore une fois au tournoi de la ville de Québec : le Mars Attaque, deuxième édition. De retour à Ottawa, ceux-ci, qui avaient apprécié l'idée de ne pas faire de lancer d'engagements à chaque point, ont décidé d'intégrer cette règle à la ligue d'ultimate intérieur d'Ottawa. Ce sont donc eux qui l'ont baptisé Quebec city Variant et ensuite Quebec city Rule, ce qui explique l'appellation anglaise. Plus tard, en janvier 2005, ils l'ont décrit sur leur site :
Sherbrooke alias Quebec city Rule

À l'automne 2004, la Quebec city Rule (QCR) était introduite dans la ligue de l'AJJUQ. Il y avait des pours et des contres comme on peut lire dans une discussion du Forum de l'AJJUQ :
Certains comme Jérôme Beaulieu appréciaient l'aspect stratégique apporté par les lancers d'engagements. Dans cette même discussion, on peut lire un commentaire de Martin Arsenault de Sherbrooke :
"En passant, je trouve étrange de voir l'appellation "Québec City" pour une façon de faire qui, sous tout réserve, vient de Sherbrooke."
En effet, il écrivait cela, car c'est au Coup de Foudre en février 2004 (un mois avant le Mars Attaque) organisé par Anne-Marie Lalonde que les lancers d'engagement à chaque point avaient été éliminés pour la première fois au Québec dans un tournoi 4 contre 4. Cela faisait suite à la réflexion de plusieurs personnes qui soulignait entre autres les pertes de temps occasionnées par les lancers d'engagement. Un mois plus tard, le tournoi Mars Attaque avait appliqué la même règle.

Montreal alias Sherbrooke alias Quebec city Rule

En 2005 et 2006, dans une tentative de redonner à Sherbrooke son rôle dans l'origine de la règle, on retrouvait l'appellation "Quebec alias Sherbrooke city Rule" dans les Règlements du jeu de quelques tournois suite au commentaire suivant paru dans les Règles du jeu du tournoi Coup de Foudre 2005 :
"Déroulement du jeu
Dans la dernière année, une nouvelle façon de faire la mise en jeu entre les points a été adoptée dans plusieurs ligues et tournois. Cette façon de faire connue sous le nom de "Québec City Variant" devrait plutôt s'appeler "Sherbrooke City Variant", car elle a été développée ici à Sherbrooke. Sa première apparition sur la scène compétitive fut à l'édition 2004 du Coup de Foudre."
Quoi qu'il en soit, l'origine n'est peut-être pas plus sherbrookoise. En effet, plusieurs joueurs sherbrookois participaient aux
organisés à Montréal au complexe sportif de Lachine. Or, ces tournoi se jouait avec les
présentes à l'AUM depuis l'hiver 2001-2002. Cet hiver-là, une ligue d'hiver intérieur de quatre équipes a eu lieu à Laval. Shillah Quintos, François Lanouette, Marie Deruaz et Sonia Krajicek avaient rédigé des règles pour l'ultimate joué en gymnase:
"We based the entire idea of indoor on hockey: changing on the fly, 5 on 5. and so, with a changing on the fly, we had decided that it would not work with a pull after each point and that's how we decided on the no-pull rule. Especially because the fields we were playing on in Laval had a box as an endzone, not a full cross-field endzone from which we could line up." Sonia Krajicek, 20 janvier 2009.
Les organisateurs du Coup de Foudre 2004 dont Anne-Marie Lalonde, Martin Arsenault et Marc Dupré ont adapté les règlements du jeu de l'AUM. Ils ont conservé l'absence de lancer d'engagements mais ont toutefois laissé tomber le jeu à la volée pour deux raisons :
  1. Il ne laisse pas assez de temps pour développer des stratégies et les enseigner aux nouveaux joueurs.
  2. Rend difficile l'alternance entre le jeu 2/2 et le jeu 3/1.
Ainsi, peut-être faudrait-il renommer la règle "Montréal alias Sherbrooke alias Quebec city Rule" ou encore "Province of Quebec Rule" ? C'est l'histoire qui le dira!

L'exception du tournoi Fun-E-Nuf

Au cours des années, le tournoi Fun-E-Nuf n'a jamais laissé tomber les lancers d'engagement. Ainsi, il suffit de se rendre à Edmundston pour jouer l'ultimate 4 contre 4 comme dans l'temps!

4 commentaires:

Chap a dit…

Ainsi, GAVIN est le responsable de la distorsion entourant la ''Province of Quebec Rule'' et surtout sa provenance !

J'ajoute également que le fameux lancer de David Milks expliqué dans l'article porte - depuis ce temps - le nom de Flamingoe...

C'est ce qu'on appelle de la diffusion culturelle !

Jude a dit…

On doit plutôt parler de la Sherbrooke rule, puisque le Coup de Foudre a été le 1er tournoi impliquant des équipes de différentes régions, où cette règle a été utilisée.

L'objectif premier de cette règle était (si je ne me trompe pas) pour accélérer le déroulement du jeu;et,quitte à m'attirer les foudres des tenants de cette règle, je ne crois pas que ce soit le cas. Amusez vous et chronométrez le temps des remises en jeu ...

C'est pourquoi nous sommes des irréductibles des lancers de départs, et oui, pour la 10e Edition du Fun-E-Nuf il y aura un pull après chaque point.

Wax a dit…

Merci à tous de me rappeler ces précieux souvenirs. J'avoue que le gars des Flamingoes était impressionnant avec son lancer. Dommage qu'ils ne participent plus à nos évènements. Je serais curieux de voir leur performances avec le calibre de cette année!

Wax
Sherbrooke

Francis a dit…

Trop cool! Faut vraiment faire un répertoire historique du Ultimate au Québec!

Je ne pensais pas non plus que l'appellation d'une ville à une coutume serait AUTANT revendiquée! Faudra faire appel a un observer pour trancher sur la question! :)

Y a pas un vidéo youtube pour imager le lancer? Pcq j'ai beau relire et relire pas sûr de comprendre!!!